Pour visionner la vidéo, connectez-vous à votre profil ou abonnez-vous!

commentaires

  • Merci d’avoir parlé de ce sujet. Moi j’appelles ça un petit deuil…et ça m’arrive à chaque fois que je termine sois de peindre une toile, finir un bon livre, finir d’écouter une excellente série.
    Ou qu’une excellente journée ou événement se termine.
    D’aussi loin que je me rappelle, j’ai toujours détesté la FIN!
    J’aimerais bien avoir ton opinion là-dessus, car lorsque ça m’arrive je me trouve immature mais ça ne doit pas être la cause!
    Y-a-t-il une raison?
    Peut-être même pas!

  • Merci Marcia pour ce partage. J’écoute tes mots sur le vide et aujourd’hui, je suis heureuse de t’entendre premièrement, car les énergies planétaires sont intenses et je les ressens. Je passe du vide, à la joie, à la tristesse, à la colère. Et j’apprécie ce vendredi, car tous les vendredis, je suis seule. Mon chum part à 6 h et revient à 18 h 30 pour son bénévolat hebdomadaire avec ses « autres femmes », comme j’aime bien le taquiner. Oui, j’apprécie ces vendredis de solitude avec Tocson et moi-même à faire ce que j’ai envie de faire tout simplement. Même si notre vie va bien, il remonte des moments de colère par rapport aux injustices vécues, de joie pour tout le merveilleux dans notre vie, de déceptions pour les histoires de famille qui stagnent ou veulent tout simplement s’éteindre, du ménage dans les relations qui nous font se sentir impuissante et démolie d’avoir été une bonne oreille et maintenant remise aux oubliettes. Tout ça fait partie de la vie. Et le vide est aussi là. Ce vide que l’Univers ne demande qu’à remplir, car, effectivement des situations nouvelles se présentent, des opportunités surprenantes, des relations saines qui, à bien y penser, nous redonnent ce petit regain après quelques heures de tristesse. Merci d’être là Belle Marcia ! xxx

  • C’est tellement beau! Merci! Je pense que tu viens de mettre des mots sur un état qui m’habite depuis quelques années (pas de façon catastrophique mais un état de vide qui dure et que je n’arrivais pas à comprendre. Mes enfants sont maintenant plus grands adolescents et jeunes adultes et je pense que c’est cette transition que je n’ai pas pris le temps d’observer en moi. Je suis moins essentielle pour eux ce qui me laisse une impression qu’une étape est finie. Je me debats beaucoup avec cet état et j’essaie de l’étouffer ou de la fuite. Merci d’avoir mis des mots là dessus (j’ai eu des larmes qui se sont mises à couler ). Je cherchais l’apaisement dans les autres. Je vais essayer de ms prendre dans mes bras et de m’aimer davantage au lieu de me sentir coupable de vivre cette étape ainsi! Xxx Julie

  • Moi ma mère vient de décédée le 22 et franchement c’est le néant mais faut continuer après 5 ans de cette foutue maladie le cancer, elle est enfin délivrée de la douleur et ça m’aide à traverser cette épreuve , j’en parle beaucoup et j’écris aussi le matin…faut parler, écrire, aller marcher….J’ai perdu la personne la plus importante dans ma vie…mais elle est là , elle vit dans mon coeur. Je lui rends hommage, elle était une femme avec un coeur incroyable. Merci maman et on se reverra un jour comme tu m’as dis il y a pas longtemps.