Pour visionner la vidéo, connectez-vous à votre profil ou abonnez-vous!

commentaires

  • Merci Marcia pour cette échange.Ça fait du bien à entendre et si j’ai pu toucher ne serait-ce qu’une femme qui se retrouve dans cette situation et lui redonner espoir,ce n’aura pas été en vain.
    Voici le texte dont je disais avoir écrit en pensant à l’agresseur.

    Ce soir…

    Ce soir,il y a toi,il y a moi,il y a elle.
    Il y a un avant et un après.
    Il y a le souvenir des beaux jours
    et il y a la douleur des mauvais jours.

    Tant de choses me touchent,
    tant de choses me désespèrent.
    J’ai un grand cœur,je pardonne
    mais ça j’en suis incapable.

    Tant d’images traversent mon esprit.
    Tant de questions sans réponse.
    Tant de douleur,de mépris.
    Tant de cauchemars à répétition.

    Qui es-tu?Que veux-tu?Où es-tu?
    Pourquoi briser ainsi une vie?
    Qu’en retires-tu de tout ça?
    Une simple proie pour toi le prédateur.

    Pour moi,c’est mon enfant,mon trésor.
    Tous les parents te répondraient ça.
    Ils te diraient qu’ils ne laisseraient personne blesser leur enfant.

    Toi le prédateur,le manipulateur,
    tu sais très bien approcher ta proie.
    Tu les apprivoises doucement
    pour gagner leur confiance.

    Un cadeau par-ci,un compliment par-là
    et la promesse d’être toujours là.
    Et puis,tu leur fais sentir
    qu’elles ont une dette envers toi.

    Elles sont jeunes et elles sont déjà
    prise au piège,dans ton filet.
    Tu t’es servi de ton autorité
    pour assouvir tes désirs.

    Tu pourrais être leur père,un oncle…
    Elles ne sont que des adolescentes.
    Elles ne devraient même pas vivre
    cet enfer et pourtant c’est leur réalité.

    Alors qu’on parle de prostitution juvénile,
    mon être entier est ébranlé.
    Elles ne peuvent consentir…
    Peut-on parler d’exploitation sexuelle?

    Pour moi,c’est clair,dans ma tête
    et dans mon cœur,elles sont victimes.
    Elles peuvent donner à certains
    l’impression que c’est leur choix.

    N’oubliez pas une chose,
    ces hommes ont un rôle d’autorité
    sur elles,comment peuvent-elles
    être libre de faire un tel choix.

    Toi qui a connu de trop près mon enfant,
    celui dont je ne sais rien
    mais que je crains toujours que tu sois
    dans les parages,je te dis stop.

    Combien de victimes as-tu fait?
    As-tu des enfants,une adolescente?
    Si oui,comment aurais-tu réagi
    si les rôles avaient été inversés?

    Ce n’est pas facile en tant que parent
    de réaliser l’enfer vécu par son enfant.
    Parfois,peu de mots viennent et les quelques détails nous chavirent le cœur.

    À mes yeux,aucune peine ne sera suffisante pour racheter ce que tu as détruit,ce que tu as volé à mon enfant.
    Rien ne pourra effacer les souvenirs.

    Mon enfant devra continuer d’avancer,
    vivre avec cette réalité et,surtout,
    réapprendre à vivre pour être heureuse
    et se bâtir un monde qui saura la combler.

    Lynda Boisvert
    6 octobre 2017